Dr Chloé Solatges
07 81 00 47 73
Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi, 9h—19h
Mercredi et Samedi, 9h—12h

Et ensuite, que va devenir mon animal après son décès ?

Lorsqu’un animal de compagnie décède, il existe plusieurs alternatives pour ses propriétaires, pour l’accompagner dans la dignité.

Incinération

Elle est réalisée par une compagnie spécialisée dans l’incinération des animaux de compagnie (Incinéris) qui prend en charge les corps et procède aux incinérations sur leur site de Castelsarrasin. Ces services me sont facturés par la compagnie de crémation, et vous sont donc répercutés. Je m’occupe de tout : de la prise en charge de votre animal, de la mise en relation avec la compagnie d’incinération, et de l’éventuelle restitution des cendres de votre animal. Il existe deux modalités :

Incinération collective

L’animal est incinéré au crématorium. Puis ses cendres sont mises en commun avec celles d’autres petits animaux (chiens, chats, petits rongeurs ou oiseaux uniquement), et sont dispersées dans un jardin du souvenir, dans le respect de la dignité de votre animal.

Incinération individuelle

C’est le mode d’incinération à privilégier si vous souhaitez que les cendres de votre animal vous soient rendues. Elles vous sont alors restituées après la crémation, soit dans une urne biodégradable, soit dans une urne que vous aurez préalablement choisie dans le catalogue de la société.

Inhumation

Dans un cimetière pour animaux

Il existe un certain nombre de cimetières pour animaux en France, mais le seul de Haute-Garonne est situé à Beaumont-sur-Lèze. Comme pour l’enterrement d’un humain, l’animal est alors inhumé après une courte cérémonie, en pleine terre ou en caveau.

Dans le jardin

De nombreux propriétaires s’interrogent sur la légitimité de leur choix d’enterrer leur animal de compagnie dans leur jardin. La loi stipule que l’inhumation des animaux de moins de 40kg est autorisé, à condition que la sépulture soit située à plus de 35m de toute habitation ou point d’eau, que la fosse mesure au moins 1m de profondeur, et que le corps ne soit pas enveloppé dans une matière plastique, mais recouvert de chaux vive.

Avant de faire ce choix, il convient de se poser quelques questions : Aurai-je la force de creuser un trou suffisant ? La terre n’est-elle pas trop gelée ? Est-ce que je risque de déménager bientôt ?

Si vous optez pour cette solution, sachez qu’il existe des coffrets biodégradables, en bois ou en carton, conçus spécialement pour accueillir la dépouille de votre petit compagnon. N’hésitez pas à me demander conseil, j’ai à cœur de vous apporter toute la sérénité nécessaire à cette épreuve qu’est la perte d’un compagnon à poils ou à plumes.